Parcours

Je partage avec nombres de psychanalystes l’amour des mots, des textes et du langage. L’écoute, la lecture, l’écriture sont des activités importantes, qui nourrissent ma pratique.

La curiosité et le désir d’appréhender ma clinique à partir d’une part plus intuitive, m’ont conduit vers l’hypnose et l’hypnothérapie. Cette approche thérapeutique guide mes sens et laisse ma voix s’exprimer comme une force curative. Mon approche est nourrie par le travail de deux penseurs/praticiens:  François Roustang en France et  Gaston Brosseau au Canada.

La psychanalyse s’intéresse au langage. De mon côté, je souhaite élargir les frontières  limitées par la pensée analytique pour explorer le langage du corps (ses blocages, son inconscient… et surtout  ses ressources). En d’autres mots, trouver le mouvement propre à chacun.e et à sa juste sensibilité.

Ma formation universitaire est constituée d’études en droit (Master à l’Université de Brasília) et à SciencesPo (Master à l’IEP de Bordeaux) et d’un Diplôme Universitaire en psychanalyse (Université de Toulouse) et je suis membre d’Espace Analytique. Je suis également diplômée comme hypnothérapeute après une formation de trois ans à l’Institut Français d’Hypnose.

Mon analyse personnelle s’est déroulée pendant 9 ans. Divers séminaires et groupes d’études ont ensuite enrichi cette base, en formation continue.  J’ai suivi et je continue à pratiquer des analyses sous le contrôle d’un analyste superviseur.

Mon travail clinique a démarré avec une recherche sur la dépression et la mise en place d’un projet d’écoute pour les jeunes. J’ai animé des groupes de réflexion sur la spiritualité, la psychanalyse, les rêves et les rites de passages contemporains.

J’ai beaucoup voyagé et étudié la culture orientale. Je pratique la méditation zen depuis plusieurs années. La méditation m’a appris  à écouter cette part d’indicible qui nous habite.

Je m’intéresse également aux questions de la fin de vie, la mort et le deuil. Je me suis formée aux rites laïques en Suisse pour devenir « célébrante laïque ». Puis, j’ai co-créé Syprès, une Coopérative Funéraire écologique et solidaire pour organiser les obsèques et co-construire des cérémonies laïques.

J’anime des « Cafés Mortels » pour susciter la réflexion, le débat et faire évoluer notre regard sur la mort. Et bien entendu, l’accompagnement des deuils douloureux, voir pathologiques sont au coeur de mon travail clinique.

Et puisque les bonnes choses arrivent quand nous commençons à agir, tandis que j’avance, le chemin apparaît…